Bienvenue sur Radio Camping Car

Les affreux jojos l'interview

06 juin 2020 - 708 vues

Remon de la Rua parle de l'histoire des Affreux Jojos

radio camping car les affreux jojos.PNG (7.05 MB)

« Les Affreux Jojos c’est un concept, entre Coluche et Desproges, mais assez loin de Moscato ou Hanouna et bien loin de Bern et Drucker », rigole Raymond de la Rua, ancien journaliste, dit le Boss.

C’est en 1984 qu’une bande de copains décide d’enregistrer des discussions de banquet ou d’après-match, très instructives et légères, on s’en doute. De près ou de loin dans le milieu de la communication, ils sont journalistes, chroniqueurs radios, artistes… et se baptisent les Affreux Jojos.

Talk-show avant l’heure

Durant six ans, ils enregistrent au Théâtre Comoedia de Marmande et diffuse sur Radio Pays Marmandais. Ce sera ensuite Wit FM à Bordeaux qui leur offrira une quotidienne et diffusera leur émission dans toute la France. Sans le savoir ils inventent le talk-show avant l’heure. Le succès est là. Ils recrutent d’autres copains mais font une pause en 2002.

En 2009, l’humoriste Olivier Lejeune convainc Raymond de la Rua de relancer l’aventure. Éric Thomas, Olivier Lejeune ou Tex pour les plus connus mais aussi Éric Blanc, Pierre Aucaigne parmi un vivier d’une vingtaine de chroniqueurs, enregistrent deux fois par mois durant trois jours, sur une plateforme de téléchargement qui redistribue chaque émission (d’une durée d’une heure) sur 45 stations (Radio 4, CFM, Radio Entre-Deux Mers pour les plus proches), 150 Web radios. Et tout ça depuis le Lot-et-Garonne et donc aujourd’hui à Miramont dans un lieu tenu secret.

Mais ils enregistrent aussi en extérieur. Et tout est bon : une palombière, un hypermarché, une foire au jambon, aux huîtres et même sur des manèges à la Foire de Bordeaux. Mais aussi lors du Téléthon ou pour des maisons de retraite et même une prison. Car les Affreux Jojos ont l’amitié chevillée au corps et ce qui va avec, la solidarité. Rigoler oui, mais pas n’importe comment et sur le dos de n’importe qui. « Pas de politique, pas de religion, les blondes oui et les femmes aussi, mais c’est parce qu’on les aime », s’amuse le Boss.

Un boss qui vient également de sortir un album de blagues « Cent blagues, sans blague ? » mais qui fait aussi des apparitions dans des séries télé ou dans des films et qui fait de la production d’artistes, notamment Stéphan Rizon.

(source sudouest.fr)